Auto-Moto

Diesel, la motivation des automobilistes en vexation

Publié par  | 

Reconnus comme étant les partisans du diesel, les français seraient prêts à s’en séparer. Ce qui doit être fait avant le 1er janvier pour bénéficier des derniers bonus.

Cela fait partie des retombées de l’affaire Volkswagen qui consiste à discréditer le diesel. Celui-ci passe actuellement par une crise sans précédent qui a été mesurée par un sondage OpinionWay pour Feu vert auprès de ses clients (27 octobre au 5 novembre 2015). Réalisé auprès de 1 000 automobilistes, ce qui n’est qu’une infime partie parmi les 10 millions de clients en Europe de Feu vert, il indique un véritable changement des intentions d’achat pour un prochain véhicule.

Pendant que les clients du réseau sont partisans du diesel pour 67 % d’entre eux, ils ne seraient plus que 41 % à opter pour le diésel dans le futur. Soit un éboulement de 25 % qui montre une certaine déception, dont on peut penser qu’il n’est pas encore gravé dans le marbre. À l’image des sondages flottants et des idées du moment qui ne sont plus celles du futur, il faut voir maintenant vers qui est dirigé cette stricte compression.

L’essence est celle à qui les déçus pensent, mais la récupération ne sera pas aussi facile qu’on ne le croit car 31 % des personnes questionnées qui en possèdent une, ne seraient qu’à 38 % soit une évolution de 7 % des intentions d’achat. Les 17 % restants ont opté pour l’hybride qui combine généralement des motrices essences et électriques. En effet, de 1 % de propriétaires actuels de cette technique alternative très prometteuse, on passerait à 15 % des automobilistes qui opteraient pour ce choix. Ainsi, les Français sont devenus matures et découvrent ces nouveaux véhicules qui respectent mieux l’environnement. Mais ces achats seront subventionnés par l’Etat.

John

John. Un peu fou dans ma tête. Nous sommes souvent deux. J'ai dit quoi ? Bon stop les conneries, j'espère que mes articles vous plaisent !